Ugo Zamborlini

Après avoir « joué » avec son premier appareil photo Mamiya C330, développant et imprimant ses photos en noir et blanc par pur plaisir, il se rapproche de sa future profession lorsqu’il devient, en 1976, l’assistant de l’un des photographes de mode et de publicité les plus reconnus de l’époque, Manfredi Bellati.
Il peut ainsi s’imprégner de l’atmosphère qui entoure les productions et les sujets destinés aux rédactions des journaux de Mondadori, Condè Nast, Rizzoli et Rusconi.
Il commence sa carrière de photographe professionnel en 1980.
Il manifeste une prédilection naturelle pour le portrait.
Il a travaillé pour divers mensuels (tels que Class, Gentleman, Luna, Max, For Men, Maxime) et pour de nombreux hebdomadaires (Grazia, Confidenze, Donna Moderna, Gioia, Sette, Specchio, Ventiquattro, SportWeek, Famiglia Cristiana, Vanity Fair, pour ne citer que les principaux), à travers la gestion des services internes et la réalisation de plusieurs couvertures.
Il dit de sa profession : « Ce que ce travail m’a offert d’extraordinaire, et ce qu’il continue de m’offrir, c’est le plaisir de connaître et de raconter les histoires des gens, de voyager et de raconter des lieux, un cadeau inestimable selon moi ! »

Ugo Zamborlini

Ugo Zamborlini - Sample
  • Ugo Zamborlini - Sample
  • Ugo Zamborlini - Sample
  • Ugo Zamborlini - Sample
  • Ugo Zamborlini - Sample
  • Ugo Zamborlini - Sample
  • Ugo Zamborlini - Sample
  • Ugo Zamborlini - Sample
  • Ugo Zamborlini - Sample